C'est dans Potins Enfantins !



Si l'enfance... Eglantine Emeyé sur Potins Enfantins !

Si l'enfance...

C’est un joli visage du PAF qui nous fait l’honneur de participer à « Si l’Enfance ».

Malgré un emploi du temps chargé, comme beaucoup de nos invités, Eglantine Emeyé a joué le jeu et évoqué son enfance.


(c) Eglantine Emeyé

Devenue incontournable dans le milieu de la télévision, l’ancien mannequin est devenue rapidement une figure appréciée des téléspectateurs.

Nous n’énumérerons pas l’ensemble de ces émissions, il suffit de parcourir le net, mais depuis ses débuts dans Nulle part ailleurs que de chemin parcouru.

Pas le genre non plus à se contenter d’afficher son visage dans des émissions du même gabarit mais au contraire à diversifier les genres. Du chic à la science, de la chanson à la vie quotidienne des français en passant par la santé, l‘écologie, les animaux ou la brocante.

Ses participations, comme interventions, sont toutes aussi multiples que variées et la liste de ses collaborations avec de grands noms du milieu télévisuel particulièrement longue.

Une tête bien faite et jolie qui l’amène à jouer la comédie en participant aux projets théâtraux de France 2.

Il y a côté de cette vie médiatique, et qui forcément intéresse un très grand nombre de personnes, une vie privée qui nous ramène à l’enfance, thème principal de notre site.

Cette enfance pourrait être la sienne, entre la Nouvelle-calédonie, le Sénégal, la France et ses Antilles.

Non, c’est celle de son fils et des combats de mère qu’elle mène pour lui.

L’animatrice s’est faite ambassadrice d’une plus grande sensibilisation à l’autisme.

Samy, son plus jeune garçon, en est atteint. Polyhandicapé, elle créé l’association « Un pas vers la vie ». Une association qui permet d’écouter les familles de personnes autistes.

Consciente que sa popularité peut aider à mieux sensibiliser le grand public, elle réalisera un documentaire pour France 5, Mon fils, un si long combat.

Dans ce documentaire, la jeune femme évoque son quotidien, montre la difficulté de trouver un établissement et de répondre aux attentes de ces derniers, le choix de l'un d'entre eux qui accueillera l’enfant…

Car il a fallu se rendre à l’évidence pour elle, la nécessité de se séparer en partie de son enfant. Décision crève cœur mais nécessaire pour l’un comme l’autre.

Un documentaire qui ne manqua pas de créer aussi de vives critiques  à l’évocation du «  packing ». Une méthode controversée visant à apaiser les patients atteints d’un trouble du comportement en les enroulant dans un drap glacé pendant quelques minutes avant de l’enrouler dans une couverture chaude.

La jeune femme fit alors face à de nombreuses critiques d’autres figures de la sensibilisation à l’autisme et pour qui l'autisme doit s'éloigner le plus possible de la psychanalyse.

Blessée mais combative, Églantine Eméyé a démontré dans ce documentaire qu’à défaut de prendre fait et cause pour cette méthode, elle s’est longuement expliquée à ce sujet, elle y voyait un moyen pour elle, pour sa propre condition de mère d’enfant autiste, d’y trouver là peut être une solution.

Comme toutes les autres parents ayant un enfant atteint d’autisme, elle reconnaît surtout que si les choses ont un peu bougé, il reste encore beaucoup à faire. Non seulement dans la compréhension de ce trouble mais aussi dans les actes concrets à proposer pour le bien être de ces derniers.

Auteur du livre « Le voleur de brosses à dents », elle répond à des questions liées à l’autisme, évoque le quotidien.

Églantine Eméyé n’attend pas de trophées et autres distributions de titres.  Derrière ce beau sourire, une force de caractère malgré les doutes et les peines. Force obligée, nécessaire pour elle, son autre fils et bien entendu Samy. 

On le sait, lorsque la maladie touche un de nos proches, malgré la peur, la colère ou les doutes, il faut composer. Faire comme si ou semblant pour ne pas se laisser porter par le désespoir. 

Un combat exigeant, éprouvant, qui ne laisse aucun répit mais qu’elle mène avec courage.

Pour aider Eglantine et les familles touchées par l'autisme, le lien de l'association : https://www.unpasverslavie.fr/

Merci à elle pour son « Si l’enfance » et ses souvenirs si précieux.


Eglantine Eméyé
Le voleur de brosses à dents
Robert Laffont
20€

Eglantine Eméyé et l'association " Un pas vers la vie"
Autisme. Ce sont les familles qui en parlent le mieux.
Librio
3€

Pour vous, si l’enfance est ou était :

UN PARFUM


Celui du coco, et de l’hibiscus…Deux choses qui me rappellent la Guadeloupe où j’ai grandi quelques années...

UN OBJET


Mon réveil rose, offert par ma grand-mère pour ma première communion. Je l’ai toujours!!!

UN LIEU


Ce serait un lit, moelleux: un endroit dans lequel on se cache, on dort, on joue, on est bien, comme dans les bras de sa mère.

UN SOUVENIR


La case où je m’endormais à même le sol, avec mes frères et soeurs, en Nouvelle Calédonie… ma petite enfance.

UNE GOURMANDISE


Un collier de bonbons de toutes les couleurs, vous savez, pastels...

UN LIVRE


"Le Petit Prince" de Saint Exupéry. Un livre pour enfants, et pour les adultes qui veulent bien rester un peu enfant… et pas seulement. 

UNE MELODIE


Na nao…c’est le début d’une berceuse italienne... que je chante à mon tour à mes enfants.

UNE COULEUR


Jaune: le sable, le soleil, la joie, la vie… l’insouciance, quoi!

UN REVE


Deux en fait : voler, et respirer sous l’eau...

QUELQUES MOTS :


Comme à l’âge adulte, on est à la fois formidables et cruels, généreux et égoïstes, on a du boulot, des devoirs, mais plus de temps pour soi. Donc plus de temps pour rêver. Et ça c’est la grande différence: c’est qu’on ose rêver !! Et tout ce qu’on veut!

(c) Potins Enfantins/Pierre Sinanian. juin 17


Tags : Eglantine Eméyé, Paf, Télévision, mannequin, émission télévisée, Nulle part ailleurs, comédie, théâtre, France 2, autisme, association, " Un pas vers l'avenir", Nouvelle-calédonie, France, Antilles, Sénégal, Guadeloupe, coco,Mon fils, un si long combat, France 5, documentaire, packing, psychanalyse, Le voleur de brosses à dents, Robert Laffont, Librio, hibiscus,"Le Petit Prince" de Saint Exupéry, Na nao berceuse italienne, soleil.

Si l'enfance... Sonia Mabrouk sur Potins Enfantins !

Si l'enfance...

Si le monde actuel nous échappe, que nous craignions pour celui des générations à venir, aux yeux des anciens, il est non seulement déroutant mais tout aussi préoccupant.
Ce monde troublé n’a pas échappé à la grand-mère de Sonia Mabrouk.
(c) Europe 1 

Comme l'explique la brillante journaliste, tout a commencé un jour par un appel de sa grand-mère. 

«  Il faut que je te parle, Sonia ». 

Et à cette interpellation aussi soudaine qu’étonnante s’en est suivi presque un rituel entre ces deux femmes de générations différentes et l’évocation d’un monde qui tout en continuant à tourner, n’en est pas moins malade.
Delenda regarde ce monde au début silencieusement puis très vite sent en elle monter une colère flanquée d’une peur pour ses descendants. Perplexe, presque perdue, elle cherche à comprendre. Et à sa réflexion s’ajoute celle de sa petite fille.
D’un côté de la Méditerranée comme de l’autre, grand-mère et petite fille évoquent les deux pays qui tiennent une part importante dans leur coeur. D'une discussion à une autre, s'en suit l'évocation du Moyen-Orient, du monde arabe ou encore la question de l’Islam. Un livre de partage tout autant que d’interrogation.
A cette analyse toute personnelle, deux visions du monde portées par des discussions remplies de passion, douceur, confidence mais assurément sincère. Un livre où aussi la belle journaliste se confie, indiquant clairement ses pensées, se laisse aller à ce qu’elle apprécie tout particulièrement et qu’elle maîtrise d'une main de maître, la réflexion.
Et pour elle, quel bien précieux, comme pour nous, qui réfléchissons et analysons à ses côtés, un satisfecit.
Que de chemin parcouru par cette belle journaliste native de Tunisie, qui débuta dans la presse écrite, au sein du magasine « Jeune Afrique » avant que Jean-Pierre Elkabbach ne lui demande de rejoindre la chaîne Public Sénat.
Des bonnes étoiles, Sonia en a beaucoup. Celle qui n’aime pas, comme me le confiait sa mère lors d’une rencontre au dernier salon du livre, qu’on dise d’elle qu’elle « est née dans un milieu favorisé » a su aussi, et c’est bon de le préciser, veiller à se débrouiller toute seule !
Elle aurait pu après ses études se diriger vers un métier en corrélation avec ces dernières ou choisir l’enseignement comme lorsqu’elle fut enseignante dans une grande école de commerce de Carthage.
Elle a choisi la liberté, celle de faire ce qu’elle aime et d’aller au devant de défis.
Ainsi, rien n’était joué d’avance pour elle en faisant ses premiers pas à la télévision. Même pas peur pourrait t-on dire. Mieux, saisissant l’opportunité qui lui était proposée, de se lancer dans un challenge aussi bien personnel que professionnel.
Avec le temps, conviction au corps, elle a fait de son « 22h » un rendez-vous incontournable, sans oublier son émission « On va plus loin ». Et rebondissant aussi à la radio, Europe 1, avec « Les Grandes Voix » où elle est entourée de grands noms des médias, Charles Villeneuve, Gérard Carreyrou, Philippe Gildas et Robert Namias.
Que cela soit sur l’un des médias ou l’autre, l’essentiel reste le même pour elle. Informer, discuter, échanger. Encore et toujours.
Outre le fait qu’elle possède un charme fou, une allure gracieuse et moderne, pleine de force et de conviction sans parler de son sens de l’élégance et de la mise en valeur, ce qui m’avait séduit chez elle en la découvrant sur Public Sénat, c’était sa façon de se mouvoir, faire sienne l’émission, à y déposer son empreinte.
On aurait pu voir Sonia Mabrouk à la tête de magazine de mode ou de beauté. Peut-être réducteur me direz-vous. Elle a préféré celui de la politique, elle qui a dans son enfance a baigné dedans et croisé à de maintes reprises l’illustre président Bourguiba.
Cette Tunisie où, quelle que soit la confession, les gens se mêlaient. Terre bercée de lumière et de parfum, ouverte sur la méditerranée et la tolérance. Un souvenir évanoui pour beaucoup à présent. Sonia est ce joli mélange de France et de Tunisie. Ambassadrice de cette Tunisie blanche et bleue.
Amoureuse de son métier, elle veille scrupuleusement à élargir encore et toujours sa culture. Pas de sujets qui la contraigne, bien au contraire. A l’image de ce que doit être un vrai journalisme, elle recherche là où c’est nécessaire, veille à maitriser ses dossiers et surtout ne pas rentrer dans le jeu, aucun jeu, d’un politicien ou autre.
A côté du journalisme qui, malgré sa passion, monopolise ses journées, la jeune femme se bat aussi pour la culture. Elle a ainsi crée avec Marc Ladreit de Lacharrière, l’AMMED, l’association des musées méconnus de la Méditerranée.  Elle co-réalisera par ailleurs des documentaires sur certains de ces musées.

"Avoir des connaissances sans les partager, c’est se mettre au niveau de celui qui n’a pas d’idées."
Thucydide, L’histoire de la guerre du Péloponnèse.

Que Thucydide soit rassuré, Sonia Mabrouk sait partager ses connaissances multiples. Aucun risque donc de se mettre au niveau de celui qui n’a pas d’idées…

Je vous laisse à présent découvrir son « Si l’enfance », qu’elle en soit remerciée.

Sonia Mabrouk
« Le monde ne tourne pas rond, ma petite-fille » 
Flammarion
19€

Pour vous, si l’enfance est ou était :

UN PARFUM


Celui des fleurs de jasmin

UN OBJET


Mon vélo à quatre roues

UN LIEU

Sous le soleil au bord de la méditerranée

UN SOUVENIR


Les virées d’été en famille et entre amis à la découverte des plages d’Hammamet, de Bizerte et de Tabarka.

UNE GOURMANDISE

Les croquants aux amandes qui accompagnent la citronnade

UN LIVRE


L’Etranger de Camus

UNE MELODIE


Le chant des grillons

UNE COULEUR

Le bleu de la méditerranée

UN REVE


S’endormir tous les soirs au chant du grillon bercé par le bruit des vagues

QUELQUES MOTS :


Pleine de couleurs, de saveurs et de rires généreux. Un fil conducteur : le partage et le mélange des cultures et des religions.

(c) Potins Enfantins/Pierre Sinanian. juin 17

Tags : Sonia Mabrouk, Le monde ne tourne pas rond, ma petite-fille, Flammarion, France, Tunisie, La Méditerranée, Moyen-Orient, Islam, Coran, Monde arable, Jeune Afrique, Jean-Pierre Elkabbach, Public Sénat, télévision, presse écrite, radio, médias, journalisme, culture, Europe 1, Salon du Livre, enseignement, école de commerce de Carthage, On va plus loin, Les Grandes Voix, Charles Villeneuve, Gérard Carreyrou, Philippe GildasRobert Namias, président Habib Bourguiba, Marc Ladreit de Lacharrière, AMMED, association des musées méconnus de la Méditerranée, ThucydideL’histoire de la guerre du Péloponnèse, Si l'enfance, Jasmin, Soleil, plage, Hammamet, Bizerte, Tabarka, croquants aux amandes, citronnade, L'étranger de Camus, grillons, bruit des vagues, couleurs, cultures, religions.

Potins Enfantins : Les derniers articles !

Translate

Potins Enfantins visitors (installé le 26/02)

Flag Counter

En ce moment... Dans le monde

Vous regardez Potins Enfantins

free counters

Pages vues par pays du 16/02 (15h) au 23/04 (14h)

  • Norvège
  • France
  • Royaume Uni
  • Etats-Unis
  • Allemagne
  • Belgique
  • Irlande
  • Espagne
  • Suisse
  • Corée du Sud