Eliette Abécassis et Benjamin Lacombe rendent vie au Golem...

Dans ma Bibliothèque

La passion des enfants pour les monstres et autres figures légendaires est bien connue.

Êtres mystérieux, sombres, inquiétants qui réussissent à subjuguer malgré la répulsion que peuvent engendrer ces derniers.

Eliette Abécassis, pour le texte, Benjamin Lacombe, pour l’illustration, se sont penchés sur l’un d’entre eux, le Golem.


                         
Le Golem fait parti de la mystique et mythologie juive. Il est un être fait d’argile, qui ne peut s’exprimer et dépendant fortement de son  créateur.

Un créateur qui selon plusieurs sources, de nombreuses versions entourent le mythe dont l’une d’entre elles est sa création par quatre sages veillant à représenter les quatre éléments, est le Maharal de Prague, Yehudah-Leib qui vécu au XVIeme siècle.

Une époque sombre, comme souvent, pour le peuple juif et où le rabbin pensa créer cet être afin de défendre la communauté mais aussi sa personne.

Ce livre conté par une grande plume de la littérature, Eliette Abécassis, emporte le jeune lecteur (mais pas que lui) sur les traces de cet étrange être. L’occasion aussi de plonger au cœur de l’histoire et de la culture hébraïque. Se déroulant au 16eme siècle, on y découvre le cadre de vie de l’époque en particulier pour la communauté juive victime de pogrom mais aussi des personnages aussi divers que l’astronome Tycho Brahé, l’Empereur Rodolphe II, le Maharal de Prague sans oublier bien entendu le fameux Golem.

Mais pour que cette tradition puisse perdurer, il faut une transmission. Pour cela, rien de mieux qu’une conteuse. Une vieille conteuse qui raconte à sa descendance son incroyable histoire. Elle, petite fille alors, qui croisa la route du Maharal et assista à la naissance de cet étrange être, le Golem.

Que serait un conte, un mythe, mieux l’histoire, si elle ne résidait pas sur la transmission. Ce lien qui se construit entre générations pour que les choses ne s’oublient pas. Ainsi, cette grand-mère qui peut la nôtre, veille à transmettre aux nouvelles générations un précieux trésor, le savoir.

Le sujet raisonne aussi comme un avertissement tout autant qu’une mise en garde. Cette vieille personne qui rappelle à la mémoire le tant passé, les pogroms, la discrimination et qui étrangement raisonne devant une remontée, n’étant malheureusement jamais éteinte, de l’antisémitisme.

Le Golem n’est pas sans rappeler aussi un mythe plus célèbre, Frankenstein. Il s’entoure ainsi de beaucoup d’images, le rapport entre l’homme et la machine, la vie et la mort, l’inhumain, le virtuel face à son créateur, la réalité. Un questionnement aussi les créations qui se retournent contre leur créateur. Mais qui, malgré sa modernité, use d’images symboliques, le Golem étant crée à partir de la terre, animer par le souffle, vivant grâce aux mots qui lui sont glissés et évoquant Dieu, devient incontrôlable, échappant ainsi à son créateur qui ne verra comme solution que de lui ôter la vie.

Le mythe du Golem reprend donc vie par la plume de la célèbre écrivaine Eliette Abecassis. Un mythe dont on sent par la force de son écriture qu'il ne laisse pas indifférent cette dernière.  Pour accompagner ces mots, bien entendu des illustrations. Des illustrations confiées au dessinateur Benjamin Lacombe qui réalise là encore un remarquable travail. Dès la couverture du livre, le ton est donné. Un regard profond qui nous fixe, une présence délicate dans les mains d’un être impressionnant. Des illustrations fortes qui ressemblent à des tableaux.

Légende disparue ? Du moins mise en parenthèse, il se murmure ainsi que le Golem serait, tout comme de vieux manuscrits hébreux, dans les réserves placées sous les toits de la synagogue vieille-Nouvelle de Prague. Des réserves que l’on peut apercevoir aujourd’hui de l’extérieur uniquement car de l’intérieur rien ne permet d’y accéder. Il n’y aurait en effet pas d’escaliers et ceci à la demande du Maharal Loew

En attendant, une plongée passionnante pour découvrir ce dernier à travers ce livre.


-->
L’Ombre du Golem
Eliette Abécassis, Benjamin Lacombe 
Flammarion 25€

(c) Potins Enfantins/Pierre Sinanian. juin 18

Tags : Le Golem, Eliette Abecassis, Benjamin Lacombe

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Potins Enfantins : Les derniers articles !

Translate

Potins Enfantins visitors (installé le 26/02)

Flag Counter

En ce moment... Dans le monde

Vous regardez Potins Enfantins

free counters

Pages vues par pays du 01/09 (18h) au 08/09 (17h)

  • Allemagne
  • Norvège
  • France
  • Angleterre
  • Italie
  • Etats-Unis
  • Pérou
  • Russie
  • E.A.U
  • Belgique